Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

dimanche, septembre 07, 2008

École des Beaux-Arts d'Alger

Aujourd'hui École Supérieure des Beaux-Arts, les Beaux-Arts d'Alger ont une histoire vieille de plus de 160 ans.          C'est la plus ancienne école d'art en Afrique (1881). Elle est situé du coté du Telemly.

École de dessin en 1843, l'établissement prit un caractère officiel en 1848 lorsqu'il devint École Municipale. C'est en 1881 que, bénéficiant de locaux plus vastes et plus spacieux, l'école inaugura son titre d'École Nationale des Beaux-Arts d'Alger. En 1954, on chargea les architectes Léon Claro et Jacques Darbeda de construire l'école actuelle dans les jardins du Parc Gatliff (aujourd'hui Parc Zyriab). En 1962, à l'indépendance du pays, l' École Nationale d'Architecture et des Beaux-Arts eut pour mission la formation des élites algériennes en Architecture et en Arts Plastiques. Cette dichotomie prit fin avec le transfert des architectes à l'EPAU (École Polytechnique d'Architecture et d'Urbanisme) en 1970. L'École Nationale des Beaux-Arts fut érigée en École Supérieure des Beaux-Arts en 1985.

École Municipale des Beaux-Arts d'Alger (1848-1881)

Située à la fin du XIXème siècle rue des généraux Morris en ville neuve, elle comprenait trois sections: peinture, sculpture et musique. Après 1881, elle devint Conservatoire Municipal des Beaux-Arts

École Nationale des Beaux-Arts d'Alger (1881-1962)

32a65455e35978ae26bd858221a9e39d.jpg

L'École Nationale des Beaux-Arts d'Alger fut créée par décret du 8 novembre 1881 abritée dans une ancienne mosquée du quartier de la Marine située entre la rue d'Orléans et la rue des Consuls. Les conditions de travail étaient difficiles et inadaptés à un enseignement de qualité en raison de moyens dérisoires.

En 1927, l'école comptait 400 élèves et l'on y enseignait les disciplines suivantes: dessin, peinture, perspective, modelage, architecture, anatomie, histoire de l'art, décoration, mathématiques, plus une section de céramique pour les autochtones. Tous les cours étaient gratuits et l'on était admis à les fréquenter sans examen d'entrée. Les élèves préparaient les examens d'admission à l'Ecole des Beaux-arts de Paris ou les concours pour l'obtention du brevet de professeur de dessin. L'école était un lieu d'enseignement officiel, selon les dictas de l'Académie des Beaux-Arts de Paris, mais ambigü car professeurs et étudiants ne se privaient pas de contester, d'innover et d'évoluer vers les idées neuves qui parcouraient l'Europe et l'Afrique du Nord, faisant fi des académiciens

En 1946 fut acquis au Télemly le terrain de la Villa Séverin Houge d'une superficie de 10572 m2. L'édification d'un nouveau bâtiment fut confiée aux architectes Léon Claro et Jacques Darbéda. Les travaux débutèrent fin 1950 et s'achevèrent en 1954. Le site dans lequel l'école s'implanta était placé à flanc de côteau avec vue quasi-aérienne sur le port au dessus des frondaisons du Parc de Galland (Parc de la Liberté

En 1952, l'École comptait 308 élèves  

 Directeurs

 Enseignants

Hippolyte Dubois (1885-1909), Peinture - Leon Cauvy (1909-1933), Peinture - Gabriel Darbéda (~1910), architecte - Louis Ferdinand Antoni (1912-1940), Dessin - Georges Béguet (1917), Sculpture - Mohammed Racim (1933), Miniature - Andrée Du Pac (1934), Dessin, Ronde Bosse - Louis Fernez (1941-1947), Peinture - Pierre Oliver (1943), Peinture - Henry Chevalier (1943), Dessin - André Greck (1943-1962), Sculpture - Henri Laithier (1943), Sculpture - Henri Chouvet (1943), Sculpture - Mohamed Ben Debbagh (1945), Peinture sur bois - Jean Eugène Bersier (1947-1958), Gravure - Léon Claro (1952), Architecture - Ducollet (1953), Architecture - Ali Ali-Khodja (1961), Décoration - Mohamed Ranem (1960), Enluminure, Miniature -

 Élèves

Paul Belmondo (1914), Sculpteur - Louis Fernez (1914), peintre - Abdelhalim Hemche (~1925), Peintre - Jean de Maisonseul (1930-1933), Urbaniste, Peintre - Maria Manton, peintre - Louis Nallard, peintre - Marcel Bouqueton, peintre - Marcel Fiorini, peintre et graveur - Bachir Yellès (1943-1947), Peintre - Ali Ali-Khodja (~1945), Peintre - Choukri Mesli (1948-1951), Peintre - Georges Hilbert (1900-1982), Sculpteur animalier - M'hamed Issiakhem (1947-1951), Peintre - Denis Martinez (1958) - Chayani Hacène (1959-1963).

 École Nationale d'Architecture et des Beaux-Arts (1962-1970)

C'est le début de l'ère post-coloniale.

L'école avait souffert des évènements qui secouèrent l'Algérie. Elle avait été plastiquée par l'OAS et certains locaux de l'aile ouest du bâtiment étaient à réaménager.

Bachir Yellès fut nommé directeur[1]. Ayant exercé des années durant en qualité de chef de circoncription artisanale dans différentes régions du pays, il était, à l'époque, le seul peintre algérien à avoir des compétences de gestionnaire. La première rentrée scolaire de l'Algérie indépendante eut lieu le 15 novembre 1962. Dans leur majorité les nouveaux étudiants de la « Promotion de l'Indépendance » (80 au total) n'avaient pas de diplôme y compris ceux inscrits en architecture (presque aucun baccalauréat)[2].

L'ENABA (décret du 8 mai 1968) dispensait trois enseignements distincts: l'Architecture; les Beaux-Arts (Peinture, Sculpture, Décoration, Perspective, Histoire de l'Art, Anatomie) ; les Arts Appliqués (Miniature, Enluminure, Peinture sur Bois, Céramique, Reliure).

En 1968-1969 un vent de contestation souffla sur l'université algérienne dont les principaux animateurs étaient étudiants en architecture à l'école: Mahmoud Mahdi dit « Zorba », Tewfik Guerroudj et Mohamed Athmani. La situation était alors assez confuse. En 1970, on transfera la section Architecture à El Harrach où fut créée l'École Polytechnique d'Architecture et d'Urbanisme

 Directeur

Enseignants

Léon Claro (1962-1964), Architecture - Mme Cottin-Euziol (1962), Architecture - Jean-Jacques Deluz (1964-1969), Architecture - Pietro De Luigi (1968), Architecture - Datta (?), Architecture -

Bachir Yellès (1962), Peinture, Dessin - Ali Ali-Khodja (1962-1994), Décoration - Choukri Mesli (1962-1993), Peinture - M'hamed Issiakhem (1962-1966), Gravure sur métal - Mme Mesli-Guinard (1962-?), Sculpture - Étienne Chevalier (1962-?), Ronde Bosse - Denis Martinez (1963-1994), Peinture - Chayani Hacène (1970-2008), Décoration d'intérieur - Cherifi Mohamed (1965-2008), Calligraphie -

Mohamed Ranem (1962-?), Miniature, enluminure, - Mohamed Ben Debbagh (1962-1982), Peinture sur bois - Mohamed Temmam (1962 - ), Miniature, enluminure -

 Élèves

Rachid Koraichi (1967-1971), plasticien, graveur, sculpteur et calligraphe - Lazhar Hakkar (1963-1966), peintre - Hellal Zoubir (1967-1970), peintre -

École Nationale des Beaux-Arts (1970-1985)

En section Beaux-Arts, les élèves, du niveau du brevet des collèges, étaient acceptés sur concours d'entrée comportant une épreuve pratique et une épreuve théorique.

Les disciplines suivantes étaient enseignées: peinture, sculpture, arts graphiques, art mural, métiers d'art, décoration plane, décoration d' intérieur, communication visuelle, scénographie et esthétique industrielle.

Les études étaient sanctionnées au bout de trois ans par le Certificat d'Aptitude à une Formation Artistique Supérieure (CAFAS) et par le Diplôme National des Beaux-Arts après une année complémentaire de spécialisation. A partir de l'année 1975-1976, ces diplômes étaient devenus le Certficat d'Enseignement Artistique Généralisé (CEAG) et le Diplôme National d'Études des Beaux-Arts.

 Directeurs

  • Bachir Yellès (1962-1982), Peintre
  • Ahmed Asselah (1982-assassiné en 1994), Administrateur

 Enseignants

Mustapha Boutadjine (1977-1988), design - Abdelmadjid Chaïr (1975) , peinture - Hellal Zoubir (1977), céramique - Kichou Ahmed (1978-?), design - Malek Salah (1980-1987), peinture - Boubekeur Sahraoui (1977), miniature - Mustapha Filali (1975) -

 Élèves

Abdelkader Abdi (1974-1977), designer - Mokhtar Djaafer (1978-1982), peintre et graveur - Arezki Larbi (1978-1982), peintre - Abderrahmane Ould Mohand (né en 1960), peintre - Slimane Ould Mohand (1983-1987), peintre et graveur - Ali Silem (1969-1975), peintre et graveur

École Supérieure des Beaux-Arts (1985)

 801396083c5ae7be725e07e4dc4a4f49.jpg

C'est le décret du 27 octobre 1985 qui va ériger l'École Nationale des Beaux-Arts en École Supérieure des Beaux-Arts.

L'ESBA propose des formations en Peinture (5 ans), Sculpture (5 ans), Céramique (4 ans), Miniature (4 ans), Design Aménagement (5 ans), Design Graphique (4 ans). L'entrée se fait sur concours. Un Diplôme d'Etudes Supérieures Artistiques dans la filière concernée sanctionne les études.

DIRECTEUR
  • *Ahmed Asselah (1982-assassiné en 1994), Administrateur
  • Mohamed Djehiche (1994-2007), Historien de l'Art
  • Nacer eddine Kassab (2007), Architecte

 Enseignants

Labidi Mohamed (1985), design - Chergou Fatah, design - Zerrouki Anissa (1987), sculpture - Arslane Lerari (1985), design graphique -

 Élèves

Kamel Yahiaoui (1985-1989), peintre et sculpteur

                                         .... a suivre

*LE directeur de l’Ecole des beaux-arts, Ahmed Asselah, été abattu, en mars 1994 d’une balle tirée dans la tête et son fils, Rabah, âgé de vingt-deux ans, atteint dans l’abdomen, a succombé à ses blessures dans la soirée à l’hôpital militaire de la capitale. Ahmed Asselah venait de quitter sa voiture et se dirigeait vers son bureau lorsque deux terroristes lui ont tiré plusieurs balles en plein visage, tandis que son fils - étudiant à l’école - était atteint au ventre. Les tueurs ont réussi à prendre la fuite.

Le directeur de l’Ecole des beaux-arts était connu pour ses prises de position en faveur de la démocratie et pour sa résistance à l’intégrisme, notamment dans le cadre de l’établissement qu’il dirigeait. Il était depuis longtemps la cible des fanatiques intégristes qui accusaient l’enseignement des beaux-arts d’être à l’origine de la « perversion » de la jeunesse.

Commentaires

salut !
j'ai passé le concour des beaux arts cette année et
je recherche un élèves en arts graphique pour avoir qlq informations alors stp essay de me contacté sur cette adresse ;
bgirlmimistyle@hotmail.com
merci =)

Écrit par : meriem | mercredi, septembre 17, 2008

Les commentaires sont fermés.