Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

mardi, septembre 09, 2008

TECHNIQUES

Le dessin


Moins fugitif que la parole, plus universel que l'écriture, le dessin a toujours été pour l'homme un puissant moyen d'expression.
C'est lui qui nous révèle la personnalité de nos plus lointains ancêtres, grâce aux magnifiques silhouettes d'animaux gravées à la pointe du silex sur les parois des cavernes préhistoriques d'Altamira, des Eyzies et du Sahara.
C'est encore lui qui nous rapproche des plus fécondes civilisations antiques, avec les hiéroglyphes égyptiens, les 8141fcb4b48f85a787ba6199238a704b.jpg

3b4bf008405cf5c3cb3151a8c873eac3.jpgcorations famillières des poteries grecques, les hiératiques mosaïques bysantines                                                   

C'est toujours lui qui, à travers le moyen age, la Renaissance, les XVIIème, XVIIIème, XIXème siècles, nous transmet, intacts, les riches messages des Giotto, Van eyck, Fouquet, Pisanello, Léonard de Vinci, Michelange, Raphaël, Dürer, Holbein, Breughel, Van Dyck, Rubens, Clouet, Poussin,Le Lorrain, Callot, Rembrandt, Fragnard, Goya, Prud'hon, Géricault, Delacroix, Hokusaï, Daumier, Degas, et tant d'autres.
L'art du dessin n'est pas reservé à une élite ou à une catégorie d'individus appelés artistes. Si vous le voulez, demain, vous pourrez dessiner et peut-ëtre vos œuvres dépasseront-elles en maîtrise et en sensibilité celles de tel dessinateur de votre connaissance pour qui vous professez une admiration sincère. Vos vacances peuvent ëtre un terrain d'essai favorable. Le dessin est un délassement de choix, il deviendra vite, pour vous, un exercice passionnant. Courez donc acheter quelques crayons, un carnet de croquis de dimensions moyennes, et à l'œuvre.
ba9fd2f80188a1485140b981c9fa2f28.jpg

Etude de Coqs : encre de Chine au pinceau et à la plume.
                                         
 Retenez bien ceci pour commencer   :                                                                                                                         vous ne savez pas dessiner parce que vous ne savez pas voir vite et traduire avec votre main ce que vous voyez. Pour apprendre rapidement à dessiner, il faut donc libérer votre main de ses hésitations en faisant des exercices au trait, sans avoir peur de gâcher du papier, beaucoup de papier. Il faut, en même temps, entraîner votre œil à saisir l'essentiel dans un paysage, dans une figure, dans un personnage en mouvement, en éliminant tous les détails inutiles qui alourdissent un croquis. Rapidité d'éxécution, entrainement de l'œil : telles sont les deux qualités maîtresse que
vous allez essayer de dévlopper en éxecutant :
  •  Des croquis rapides d'après nature
  • Des études poussées
  • Des dessins de mémoire et, si vous êtes doué,
  • Des dessins d'imaginations, étayés par la pratique presque quotidienne des trois exercices précédents.

peinture:

L'aquarelle
La peinture à l'aquarelle se distingue de toutes les autres techniques picturales. Ne serait-ce que par la transparence de l'aquarelle qui laisse filtrer le blanc du papier et lui confère cette luminosité et ce brillant inégalés. Mais cette transparence impose des contraintes qu'un profane ne saurait dominer sans préparation. D'une part avec l'aquarelle on ne peut recouvrir une couleur foncée d'une couleur claire il faut donc travailler du plus clair au plus foncé. D'autre part cette contrainte suppose une démarche organisée dont la réussite ne tolère aucune retouche. En aquarelle le seul blanc dont on dispose est celui du papier, il importe donc d'en réserver les emplacements.

73d6823d0071eb2bae76ffb4ab9bc113.jpg


L'aquarelle repose sur le principe du lavis en couleur, technique qui la révèle dans sa forme la plus pure et la plus séduisante. Mais pour y parvenir il faut apprendre à maîtriser la couleur liquide sur le papier humide. On peut avec le lavis réaliser toutes sortes d'effets. Il est idéal pour couvrir un grande surface très rapidement. Une fois sec vous pourrez l'intensifier en appliquant un second lavis de même couleur ou le modifier en superposant une autre teinte. Pour construire la couleur il suffira d'ajouter davantage de pigments à l'eau.

 

 

HUILE
Les peintres ont toujours utilisé, pour fixer les couleurs, des matières agglutinantes, comme les gommes, la colle de peau, l'ouf, la cire, la chaux,
etc., vers la fin du moyen âge, on trouva le procédé de l'huile siccative, et les frères Van Eyck furent les premiers à appliquer avec maîtrise la nouvelle technique. Jusqu'au siècle dernier, les peintres, ou leurs élèves, broyaient eux-mêmes les couleurs, pigments en poudre, avec l'huile de lin ou l'huile d'oeillette, qui sont siccatives et restent transparentes en séchant, ils les employaient aussitôt et n'avaient pas, comme aujourd'hui, la facilité d'acheter des tubes de couleur toute préparée, broyée mécaniquement le plus souvent.

La technique est restée longtemps immuable : le peintre dessinait sur la toile ou sur le panneau de cuivre ou de bois préparé, peignait en grisaille, en couche mince, sur ce dessin, en donnant l'effet de lumière par le jeu des ombres et des reflets, puis, une fois cette première couche bien sèche, la recouvrait de glacis teintés, transparentes, donnant la coloration. Le tout formait une surface bien unie, comme une toile cirée. Puis les audacieux osèrent accentuer les lumières en leur donnant une épaisseur, ce procédé devint général, et de nouvelles techniques sont nées, peinture en pleine pâte, par touches séparées, avec ou sans ébauche préparatoire, les théories de Chevreuil, les découvertes des physiciens créerent un mouvement d'où est sorti le pointillisme, avec la décomposition de chaque ton en tons primaires, comme celle de la lumière solaire par le prisme en spectre coloré. Des techniques nombreuses, des théories, des écoles ont vu le jour et il en naît constamment de nouvelles.

Pour le débutant qui ne sait rien, il vaut mieux apprendre une technique assez simple, qui permet de peindre ce qu'on voit, comme on le voit, et qui pourra, par la suite, être abandonnée et remplacée par une autre plus conforme au goût, au tempérament et à la créativité de l'artiste.

ACRYL
L'acrylique est une technique très jeune, elle date des années cinquante (en Europe). Sa principale caractéristique est l'utilisation de l'eau dans la mise en oeuvre et dans l'entretien des pinceaux. Cet outil d'expression plastique est très utilisé de nos jours de par sa facilité d'application et son séchage rapide. Les pigments sont les mêmes que ceux utilisés pour la peinture à l'huile, mais la base est différente, elle se compose de résines polymères qui sont des liants. Le séchage peut être retardé grâce à un retardateur. Des médiums sont utilisés pour les effets de glacis de mat et de brillance. Cette peinture ne dégage pratiquement aucune odeur et les résultats obtenus rejoignent la qualité de la peinture à l'huile avec une petite réserve personnelle quant à la facilité et la qualité des glacis et des modelés. Il est possible d'utiliser l'acrylique sur de nombreux supports et imiter d'autres techniques comme l'aquarelle ou la gouache sur papier

ENCRE de CHINE
L'encre de chine est indispensable au dessinateur, au calligraphe et à l'airbrushing. Cette encre de dessin est de haute qualité, sa fabication basée sur le mélange d'eau de noir de fumée et de gomme laque. Son emploi donne un résultat noir profond très attrayant en raison d'une concentration élevée de colorant. Elle a également le degré le plus élevé de solidité à la lumière . l'encre de Chine peut être employée sur un large éventail de supports, du papier à dessin , carton, papier aquarelle etc... L'encre fonctionne très bien avec la plume métallique, le calame, le pinceau, le stylo de dessin (technique) de plus elle se dilue dans l'eau pour la technique du lavis. Après le séchage (prise seulement quelques minutes) elle devient imperméable à l'eau. L'encre de Chine est disponible dans des bouteilles de petits et grands gabarits. Certaine encres chinoises sont disponibles en bâtonnets solides que l'on dilue dans l'eau en les frottant sur une pierre abrasive. Ces encres sont disponibles dans une large gamme de couleurs

Utilisations pour Gouache


La gouache est un outil indipensable aux artistes designers : diluée avec de l'eau on peut obtenir des effets d'aquarelle, on peut aussi l'utiliser pour des travaux techniques de précision comme pour des travaux plus spontanés et libres à la brosse.
.
Ajoutez juste assez d'eau pour qu'une goutte de gouache tombe d'un pinceau martre avec souplesse. Une fois sèche sur la palette, la gouache peut-être rediluée.

Vous pouvez aussi l'utiliser en combinaison avec d'autres techniques : l'aquarelle, le pastel tendre, les encres de couleur, le fusain, le crayon, l'acrylique et bien d'autres encore...Aucune expérimentation n'est à rejeter.
La gouache est très économique d'emploi ce qui la rend idéale pour les travaux d'élèves dans l'enseignement.

cae338b496e2c110f3a6e877822c453f.jpgQu'est-ce que la Gouache ?

Edvard Munch Homme et Prostituée 1893


La gouache est une peinture à l'eau opaque. En considérant que les peintures pour aquarelle transparentes vous permettent de voir le "blanc" du papier, au-dessous de la peinture, le gouache peut être appliquée dans des couleurs pleines et couvrantes. Ceci permet à un artiste de peindre sur les couleurs sombres avec des teintes plus claires. Quand la gouache sèche, elle a une finition mate, c'est une technique intéressante dans la reproduction car elle est facile à scanner ou à reproduire digitalement, elle absorbe bien les éclats lumineux.

La gouache existe dans beaucoup de qualités, la qualité qui intéresse les artistes est la qualité extra-fine personnellement j'utilise la marque Talens et Schmincke, Talens pour sa qualité de couverture dans les travaux graphiques demandant une finition soignée et Schminck pour sa qualité de pureté des couleurs et des pigments.

La gouache est très soluble dans l'eau et son séchage est très rapide, sa finition est d'un beau velouté. Il est important de choisir des gouaches extra-fines pour la qualité de broyage des pigments et un bon dosage des liants. Ceci permet une bonne longévité du travail. La gouache est en usage depuis l'antiquité. Elle sert aussi dans l'enluminure des manuscrits au 14e siècle, James turner l'a utilisée à l'envi dans ses oeuvres colorées.


Le support
Tous les papiers d'aquarelle à structure épaisse ou fine (papier chiffon et sans acide), les papiers de dessin traditionnels épais, les toiles et panneaux préparés au gesso pour éviter une trop forte absorbtion de la gouache, les papiers pour pastel ou pour aérographe (la gouache se prête bien à cette technique), tous les papiers préparés et colorés.

Les pinceaux 3894612e80d82463799fe8cbbc80b352.jpg


Toutes les brosses pour la peinture à l'eau conviennent. Beaucoup de formes et de modèles sont disponibles sur le marché choisissez-les à votre convenance. Le fiel de boeuf donnera un meilleur pouvoir couvrant à votre gouache sur des papiers ou des support plus lisses.

*Minotaure and mare 1936 - Gouache et encre de chine 50x65 cm Musée Picasso, Paris

LE PASTEL
Les pastels sont des craies de pigments en poudre agglomérés à l'aide de gomme laque, ils sont d'une très large gamme de tons, ils permettent une technique de dessin très souple souvent considérée comme une sorte de peinture à sec (en ce qui concerne le pastel sec).
Le pastel permet en effet davantage à user d'effets de fondus de couleurs que de se cantonner dans le stricte usage de la ligne. Il est utilisé dès le XVe siècle, mais ne se fait connaitre qu'au XVIIIe siècle: les pastels les plus fins et les plus connus sont ceux de Quentin de La Tour et Chardin .
Au XIXe siècle, des artistes comme Toulouse-Lautrec et Degas créeront une œuvre au pastel tout à fait à part de leur œuvre picturale. Perronneau, Liotard, Carriera, Boudin, Manet, Redon sont aussi des artistes qui firent large usage de cette technique

LE PAPIER, L'ENCADREMENT, LE FIXAGE
Le papier pour pastel se trouve dans les magasins de fournitures pour artiste. Il a un grain conçu pour capturer le colorant du pastel afin de créer l'image. Ce type de papier est disponible dans une grande variété de couleurs, des tons neutres et pastels aux tons foncés en passant par les tons intenses. Le papier Ingres est un excellent support pour le pastel, les papiers pour fusain peuvent également être utilisés.
La meilleure manière de protéger vos pastels finis est de les faire encadrer professionnellement sous verre et avec un passe-partout pour éviter qu’il ne touchent la surface intérieure du verre de protection.
Les vapeurs de fixatif sont dangereuses, ainsi vous devez le pulvériser, selon les directives inscrites sur l’aérosol, dans une pièce bien aérée ou à l’extérieur. Vous devez déplacer l’aerosol dans un mouvement souple tout en pulvérisant, parce que si vous vous attardez sur un secteur, le fixatif peut produire les taches du liquide qui peuvent troubler votre dessin.                                                                                                                                                                       
TEMPERA
Cette technique fondamentale est caractéristique dans la peinture rupestre médiévale et antique elle fut utilisée dans de nombreuses églises, chapelles etc... Cette technique fut d'usage courant jusqu'à la fin du XVème siècle, date à laquelle, elle fut remplacée par la peinture à l'huile. Aujourd'hui cette technique ancestrale est réutilisée par de nombreux artistes, qui veulent atteindre la perfection dans la transparence et la profondeur de leurs teintes.
Les pigments sont liés à l'aide d'un médium à l'oeuf rien que le blanc, ou le blanc et le jaune, et parfois, à l'aide d'un médium composé de jaune d'oeuf, de blanc d'oeuf, et d'huile de lin.

 

Voici les ingrédients de base qui peuvent être intégrés dans une émulsion à l'oeuf.
Jaune ou blanc d'oeuf
Huiles Standolie, Huile d'oeillette, Huile de lin, Glycérine
Vernis Damar, Copal, Essence d'Aspic
Cires Carnaube, Cire d'abeille incolore, Cire saponifiée
Résines Gomme Arabic, Damar, Mastic, Dextrine
Conservateurs Ess. de clous de Girofle, Vinaigre blanc
Diluant Eau distillée
Recette d'une émulsion à l'oeuf
3 jaunes et 1 blanc d'oeuf, 15 gouttes d'essence d' Aspic, 250 ml de Standolie et un peu d'huile de lin, 25 ml de vernis Damar, 4 goutte d'essence de Girofle et 25 gouttes de glycérine.
Intégrez les composants de l'émulsion un à un tout doucement et laissez reposer une nuit dans un endroit frais.
Autre recette de tempéra à l'oeuf

Un volume d'œuf entier, bien le mélanger avec un volume d'huile de lin. Y ajouter un volume d'eau. Ajoutez à ce mélange votre pigment en poudre.
(source www.schmincke.de)
Recette de tempera à la caseïne
Faire tremper 40 gr de caséine dans 125 ml d'eau pendant douze heures y dissoudre ensuite 12 gr de sel de corne de cerf (amoniumcarbonat). Le sel de corne de cerf sera au préalable dissous dans 50 à 100 ml d'eau froide et sera ensuite ajouté puis mélangé jusqu'à l'apparition d'une emulsion. On peut maintenant ajouter à ce mélange amonium-caséine 25 ml de vernis à l'huile de lin ou de standolie d'huile de lin plus 25 ml d'un vernis de dammar ou beaume de thérébentine de Venise et l'émulsionner en le mélangeant bien.
(source www.schmincke.de)

FUSAIN
Le fusain est un charbon de bois issu d'un arbuste d'origine japonaise, mais on peut utiliser les charbons de saule, de vigne etc... Je l'utilise surtout sur du papier légèrement structuré et pour esquisser sur toile mes futures peintures à l'huile ou acrylique. Pour l'effacer ou retrouver les blancs du papier, j' emploie une gomme à fusain constituée de mie de pain ou de pâte à modeler. Le fusain se suffit à lui-même ou il peut se combiner à d'autres techniques (craie blanche, pierre noire, sanguine, pastel,etc...). Personnellement j'ai expérimenté la technique qui consiste à revenir dans le dessin à l'aide d'un pinceau trempé dans la thérébentine on obtient un effet de lavis à l'encre de chine très intéressant. Afin d' obtenir de grandes surfaces grisées j'étale le fusain à l'aide d'une aile de pigeon (qui sert aussi d'estompe), au doigt ou au chiffon. Pour fixer le fusain définitivement rien de tel que la recette de la gomme laque diluée dans de l'alcool à brûler que je pulvérise à l'aide d'un pulvérisateur à bouche.

 efefa45f035e33ddacca8cd8c65c84ca.jpg

LE FIXATIF A BASE DE GOMME LAQUE:
La gomme laque est une résine sécrétée par un insecte parasite qui se nourrit de la sève de certains arbres (le coccus lacca).
La gomme laque brute est fondue, passée au tamis et coulée en feuilles minces, en concassées la gomme laque est dite en écaille. Cette résine, soluble dans l’alcool, est utilisée dans la fabrication d'un très bon fixatif pour fusain, pastel, crayon etc.... La gomme laque contient de 70 à 90% de résines et 3 à 4% de cire. Solubilité très bonne dans l’alcool éthylique ou méthylique.
La recette : diluez dans 1 litre d'alcool éthylique ou méthylique 100 grammes de paillettes de gomme laque blanche et conservez dans un flacon bien hermétique (ne pas utiliser de gomme laque rouge qui donnerait de la couleur au papier).
La gomme laque est un produit disponible en pharmacie ou droguerie, il faut absolument vous procurer de la gomme laque blanche pour éviter de teinter le dessin à fixer, évitez les gommes laque rouges, jaunes, etc

La sanguine


La craie rouge naturelle, appelée aussi sanguine française est constituée de hématite, ou d'argile naturelle et oxyde de fer. Comme la craie noire elle a acquis sa popularité dans l'art du dessin vers la fin du quinzième siècle et cette notoriété s'est affaiblie vers la fin de la dix-huitième. Léonard de Vinci a été considéré son premier grand maître. Sa couleur riche en ocre rouge lui a conféré un rôle essentiel dans des esquisses préparatoires de cette époque, elle a été beaucoup utilisée dans les études de nus des académies florentines et bolognaise.

La sanguine et pierre noire (technique des deux crayon). (plus la craie blanche : technique des trois crayons)

12a0f6511a62f0bc7fb190538e26e2db.jpg

Les combinaisons de pierre noire et sanguine rouge commencent à apparaître en Italie très tôt au seizième siècle. D'abord les artistes semblent avoir eu des raisons purement techniques pour adopter l'usage de cette combinaison. La pierre noire était un outil commode pour un traçage de base, ensuite l'artiste développait un shéma plus élaboré à l'aide de la sanguine au-desssus du traçé à la pierre noire.
Cette technique appelée "technique des deux crayons" est appliquée sur des papiers teintés en gris, bleu, bistre etc. Ces papier sont granuleux, car la craie et la sanguine ont besoin de ces types de support pour bien accrocher à leurs surfaces. La pierre noire est utilisée pour les traits, les tons froids et les ombres, la sanguine pour la coloration, la craie blanche a été ajoutée pour les lumières, permettant d’apporter des touches d’éclairage ("technique des trois crayons"). Les portraitistes eurent abondamment recours à cette technique très en vogue à la Renaissance.
Les maîtres florentins ATF Bartolommeo, Andrea del Sarto, Rosso Fiorentino, et Francesco Salviati l'ont abondamment utilisée, plus tard c'est devenu une technique majeure dans les écoles françaises jusqu'à la fin du dix-huitième siècle

Logogrammes

C'est le fait d'inscrire, sur une feuille blanche en utilisant de l'encre de chine ou tout autre moyen, des signes abtraits imitant une écriture inconnue. Il peut s'agir de signes s'apparentant à des pictogrammes virtuels, ou des signes de formes textuelles. ici la gestuelle dépasse la dextérité de l'écriture formatée. C'est une recherche poétique et graphique

**a18ba0c4e2acf81a4cb8400fe1dbc123.jpg
Image et texte, cette association initiée par les cubistes et leurs collages de journaux, est devenue féconde dès la moitié du vingtième siècle, depuis Dotremont et Michaux prenant à leur manière le relais de la calligraphie. Plus que jamais, aujourd'hui elle est présente dans les rapports établis par certains entre images et slogans, commentaires, subversions, déclinaisons visuelles via les mots comme chez Matta Rosler, Gaston De Mey, Christofer Wool, Barbara Kruger ou Tania Mouraud.

Groensteen pratique une démarche proche des logogrammes des graphies orientales. La fluidité remplace ici l'obstination des signe répétitifs purement picturaux d'un Kéguenne, d'un Lambotte ou d'un Bruno Gérard. L'espace semble être traversé par des grouillements, des percées, des élans de signes plastiques.

Ce qui importe semble être le mouvement même de l'écriture. Comme si les inscriptions apposées sur le papier se contentaient de transiter, abondonnant au passage des parcelles d'un signifié exotique que leur signifiant propose sans l'imposer. Comme si au fil du temps, le contenu d'un message ne laissait qu'une ombre tachetée au sein d'une mémoire incertaine.

Michel Voiturier**

LA CALLIGRAPHIE ACTUELLE

612e10218c3157fad11917fa28e64268.jpg

La calligraphie est un art qui revient, ces derniéres années ont vu naître un regain d’intérêt pour la calligraphie dans tous les genres et dans toute le monde. On l’utilise dans le secteur professionnel graphique ou comme moyen d’expression artistique personnel. La calligraphie n’est plus une discipline archaïque mais bien au contraire une pratique tendant vers un style d’expression comtemporain.

 

17:50 Publié dans Passions | Lien permanent | Commentaires (0)